Les dimanches ISHAD

Premier dimanche d’une série à venir, les journées “ISHAD” (I Still Have A Dream) vise à réunir des membres de communautés diverses, avec une attention particulière accordée au dialogue entre cultures juive et musulmane.

JPEG - 1.7 Mo

Rassurez-vous, l’idée n’est pas de proposer un enième débat sur le conflit israélo-palestinien. ISHAD fait le pari du rapprochement physique, autour d’activités très concrètes, dans le but de créer une expérience positive commune. Proposée par la Tricoterie et le Collectif « D’accord de ne pas être d’accord »*, composé de personnes issues de la société civile, soucieuses de privilégier le dialogue et l’échange face à la violence, cette initiative s’inscrit dans notre projet.
Pour la première édition, nous proposons un atelier cuisine autour du pain. Toutes les cultures ont une tradition culinaire autour de cet aliment de base. Ce sera donc l’occasion de pétrir, de cuire, d’apprendre et d’échanger. Deux chefs, un juif et un musulman, animeront cette soirée.

La soirée se terminera en mode auberge espagnole, où les invités pourront déguster les pains réalisés et les autres petits plats que chaque participant aura apporté.

Les journées ISHAD porteront un message de paix. Les activités sont bien entendu ouvertes à tous, dans une volonté de dépasser les clivages, les a-priori ou les clichés qui peuvent stigmatiser toute communauté. Soyez nombreux à mettre la main à la pâte !

Infos pratiques

Tarif : Entrée libre

Salle : Salon

Réservations : reservations@tricoterie.be

*Le collectif "D’accord de ne pas être d’accord"

Notre collectif est composé de Rachid Barghouti , acteur associatif et conseiller communal, Agnès Bensimon, attachée culturelle, Michel Gheude, écrivain, André Nayer, professeur à l’ULB, Serge Noël, écrivain et responsable associatif écrivain, Danielle Perez, psychologue, Jacques Sojcher, philosophe, Sam Touzani, artiste et comédien .

Dans un premier temps, nous avons rédigé une carte blanche : " Pour un automne de la paix", lettre ouverte appelant au dialogue, au vivre-ensemble harmonieux et respectueux. Elle fut co-signée par une trentaine de personnes issues du monde culturel et associatif bruxellois et a paru dans Le Soir du 18 septembre 2014 (voir copie plus bas).

A la suite de celle-ci, nous avons proposé un événement poétique, musical et humaniste : "J’écris ton nom...fraternité. Que le vent de l’automne chasse l’été de la haine...", après-midi de rencontre, le dimanche 5 octobre, qui a rassemblé près de 250 personnes. Le théâtre Le Public nous avait ouvert grand ses portes.
Claude Semal et Aline Dhavré ont assuré la partie musicale. Michel Gheude et Jacques Sojcher ont débattu avec Benoit Feyt comme modérateur.

Des badges (cf le lien) créés par Olivia Hainaut ont été remis aux participants.
 L’été de la haine s’est doublé d’un hiver de l’horreur. Les événements qui ont secoué la France avec les attentats de Charlie Hebdo et de l’Hyper casher nous ont confirmé l’urgence de la poursuite de notre démarche. La parole et l’échange doivent encore et toujours rester présents face à la violence.
 
C’est dans cet esprit que nous souhaitons, ensemble, avec les mêmes acteurs et d’autres invités, poursuivre ce dialogue essentiel.

Jacques Sojcher, philosophe, écrivain, professeur émérite de philosophie à l’Université libre de Bruxelles. Il dirige avec Virginie Devillers la revue ah ! (bientôt les éditions ah !) coéditée par le Cercle d’art. Il est l’auteur d’une quinzaine de livres et a obtenu le prix Maurice Carème en 2015 pour "Trente-huit variations sur le thème juifs, Dernièrement, il a joué sur scène son propre rôle (Petite gloire locale) et dans les films de Claudio Pazienza, Scènes.

Chemsi Cheref-Khan, Docteur en droit et licencié en Sciences sociales, incarne la vision d’un islam laïque et humaniste, il milite inlassablement en faveur de la création d’un véritable Islam belge.

Latifa Ibn Ziaten, musulmane pratiquante d’origine marocaine, mère de cinq enfants. Son fils Imad a été assassiné par Mohamed Merah en 2012. Après la mort de son fils elle a décidé de créer l’association Imad-ibn-Ziaten pour la jeunesse et pour la paix et de promouvoir la laïcité et le dialogue interreligieux.
 
Michel Gheude, master en linguistique, langues et littératures françaises et romanes, écrivain, chroniqueur, conseiller en communication et journalisme, enseignant ( ULB, Paris VIII, ISTI, ERG). Prix de l’Académie Royale de Belgique pour le roman " Le catalogue de la déroute" en 2003.

 

©2013 -2017 Copyright - La Tricoterie ASBL - rue Théodore Verhaegen 158, 1060 Bruxelles
Site par Vertige ASBL